Les grandes dates du piano

1703 : Carlo GRIMALDI transforme un clavecin en « cembalo con marteletti » où les marteaux sont des lames de métal enroulées à l’extrémité de manière à former un bout arrondit qui frappe la corde au lieu de la pincer
1709 : Bartolomeo CRISTOFORI invente le premier piano, toujours sur la base d’une transformation de clavecin, mais cette fois les marteaux sont en bois, et articulés à l’extrémité des touches, un petit levier pousse ses marteaux contre les cordes, et un système d’échappement permet de récupérer le marteau à mi course, en même temps l’étouffoir est actionner
1717 : Christoph SHRÖTER construit une mécanique avec des marteaux inversés
1726 : Bartolomeo CRISTOFORI perfectionne sa mécanique, les marteaux sont recouverts de parchemin et de cuir, les étouffoirs sont en bout de touches, et une pédale apparaît: la pédale forté
1766 : Premier piano carré de ZUMPE
1772 : BACKERS construit le premier piano à queue équipé de mécanique anglaise
1773 : STEIN introduit la mécanique dite « viennoise »
1777 : Sébastien ERARD fabrique son premier piano
1780 : ZUMPE construit une mécanique à double pilote
1781 : BROADWOOD fabrique son premier « grand piano »
1784 : WALTER construit pour Mozart un pianoforte muni d’une pédale « una corda »
1786 : ERARD invente la mécanique à double pilote
1788 : Avec CAVALO et GRAY, BROADWOOD détermine que le marteau doit frapper la corde à un neuvième de sa longueur vibrante, pour produire le timbre désiré
1789 : SOUTHWELL construit un piano droit à Dublin
1794 : BROADWOOD lance les pianos à 6 octaves
1799 : Joseph SMITH construit le premier cadre métallique, pour mieux supporter la tension des cordes
1806 : Sébastien ERARD invente « l’agrafe »sur le cadre pour pas que les cordes bougent lors de la frappe des marteaux, et qui détermine l’une des extrémités de leur longueur vibrante
1810 : Sébastien ERARD invente le système de pédales, toujours présent dans les pianos modernes
1810 : PLEYEL demande un brevet pour l’utilisation de cordes en cuivre et en acier trempé
1815 : BROADWOOD insère le cadre métallique dans la fabrication de ses pianos
1821 : ERARD invente la mécanique « à double échappement » ce qui permet une répétition plus rapide
1822 : ERARD rajoute des barres de renforcement au-dessus de la table d’harmonie ce qui permet de multiplier par trois le diamètre des cordes
1825 : BABCOCK dépose un brevet d’invention pour un cadre en fonte
1826 : Henri PAPE invente le marteau garni de feutre ce qui remplace le cuir ou le daim utilisé jusqu’ici
1827 : BROADWOOD utilise une plaque métallique pour le sommier de pointes associé à des barres de renforcement au-dessus de la table d’harmonie, on arrive presque au cadre complet
1827 : James STEWART invente le montage des cordes « à cheval », une corde unique fait un retour au niveau de la pointe d’accroche, ces deux cordes sont accordées à l’unisson, ce qui forme l’origine du cordage moderne
1830 : Premier piano a queue avec le système « Erard »
1835 : Première industrialisation du piano en Allemagne avec automatisation du feutrage des têtes de marteaux
1840 : Henri HERZ invente une version simplifiée de la mécanique « Erard », toujours d’actualité
1842 : Henri PAPE invente le premier piano à queue à huit octaves
1842 : ISHERMANN lance la première industrie spécialisée dans la production de mécaniques de pianos
1843 : CHICKERING fait breveter un cadre métallique d’une seule pièce pour piano à queue
1843 : BORD invente le contre-sillet, qui exerce une pression sur les cordes et renforce la résistance aux chocs des marteaux
1859 : STEINWAY construit le premier grand piano de concert moderne avec cordes croisées
1863 : STEINWAY construit des pianos droits à cordes croisées
1867 : STEINWAY utilise des cadres en fonte pleine pour ses pianos
1873 : BLÜTHNER invente le système « aliquot » qui consiste à rajouter une quatrième corde qui n’est pas frappée mais qui résonne par sympathie elle est accordée à l’unisson, dans les aigus et à l’octave supérieure dans les médiums. Ce système est une exclusivité de Blüthner.

Jusqu’en 1997 : il n’y a pas eu d’évolution majeure

en 1997 : la pédale harmonique  permettant de selectionner les étouffoirs libérés ou non:

L’apport du mécanisme harmonique est ainsi révolutionnaire car il permet le jeu staccato en maintenant tous les étouffoirs levés à l’exception des notes jouées, qui sont étouffées au relâchement des touches. L’auditeur remarque alors une réverbération qui enrichit le phrasé.
Ce mécanisme est matérialisé par une quatrième pédale indépendante et des étouffoirs inédits. 

Recent Posts

Pleyel (Schimmel) 1/4 de queue

Pleyel grand 1/4 de queue. Se distingue par sa capacité à associer une palette sonore très variée à une véritable douceur du son.

Ce piano a été révisé, accordé et harmonisé dans notre atelier.

MODÈLE : 174T FINITION

CONCEPTION : Allemande

FABRICATION : 1979

GARANTIE 10 ans

  1. Piano Heineman H 122 Commentaires fermés
  2. Piano Hellas Commentaires fermés
  3. Piano Kawai CX-5 Commentaires fermés
  4. Piano Rameau Commentaires fermés
  5. Banquette Réglable Commentaires fermés
  6. Métronomes mécaniques Commentaires fermés
  7. Piano 1/4 de queue C. Goetz Commentaires fermés
  8. Piano Young Chang E 118 Commentaires fermés